lundi 12 novembre 2012

Petit cours de batik à Niamtougou...

CODHANI, un ESAT qui s'autogère depuis bientôt deux ans...



Dans un cadre plutôt paisible...
     Nous sommes dans la région de la Kara, en territoire Yaka, aux portes du village de Niamtougou. 440 km nous séparent de Lomé. Il y a un peu plus de 35 ans le "centre des handicapés de Niamtougou" est créé avec l'appui de la coopération allemande pour aider les personnes adultes en situation de handicap physique. L'activité débute avec une production de savons et leur revente, ce qui offrent des conditions d'existences plus favorables à ces personnes qui se comptent au nombre de 80 au commencement de cette coopérative.
Les fauteuils roulants africains!


     Il y a un peu moins de 10 ans, la coopération allemande s'interrompt et laisse au personnes présentent sur place l soin e poursuivre l'aventure seuls. On aurait pu penser qu'au bout d'une vingtaine d'année, l'expérience aurait rendu la structure suffisamment autonome, mais voilà: personne n'a pensé à former des gens à la gestion de l'établissement, et les allemands qui s’occupaient de tout ce qui tourne autours de la production sont partis du jour au lendemain! Priska, au service du maquis et à l'intendance explique que ce fût catastrophique les premiers temps et de l'ordre de la survie jusqu'à aujourd'hui. Les membres de la coopérative ont vu leur nombre divisé par deux, ne pouvant plus assurer un roulement en accueillant les plus jeunes lorsque les anciens laissent leur place. Autant dire que la coopération se laisse mourir à petit feu, cherchant désespérément des propriétaires!

     Elle survie cependant en redistribuant via sa boutique, les batiks, pagnes, et autres objets artisanaux qu'elle confectionne. Cela lui permet de redistribuer entre 5000 et 15000 FCFA par mois à chaque membres.Soit entre 10 et 25 euros par mois pour vivre.
     Les activités et ateliers sont ouverts aux public, et nous passons trois jours sur le site afin d'en profiter, de rencontrer ces gens et de vivre de trés bons moments en leur compagnie, et de visiter les environs..!
D'avance désolé mais les prénoms de tous m'ont un peu échappés!
Un premier atelier conciste à reproduire au crayon par décalquage les dessins qu'on souhaite voire apparaître sur le tissu

On fait fondre des pins de paraffine...
On applique au pinceau la cire liquide. celle-ci se propage dans les tissus
A main levée, ou à l'aide des pochoirs

Ici deux personnes non-voyantes et dont la tâche consiste à faire des nœuds dans le tissus pour un rendu très connu ici de batik traditionnel...
les tissus sont trempés dans des bains de coloration. La cire laissera intact le tissu imprégné

à imaginer avec 50°c de plus qu'à la maison...

En rouge la couturière vient recharger en charbon incandescent son fer à repasser
Dans un Bâtiment à côté, œuvrent les couturiers pour confectionner pagnes, costumes, draps, serviettes, sacs....beaucoup de choses sont créés depuis la base, comme le tissu lui-même.

à l'arrière plan, l'appareil à tisser traditionnel, , au second plan le tri et le calibrage des pièces qui servent à la fabrications des patchwork.



assise, Yawa qui nous guidera toute cette journée, debout, Priska, qui tient l'accueil du lieu et se partage la gestion avec tous ceux qui peuvent aider.
Enfin le magasinier devant son magasin où sont stockées matières premières et produits finis
Bref, encore de belles rencontres, de bons moments passés et toujours la découverte...merci Codhani!!

6 commentaires:

  1. hello Arthur,
    nous suivons tes aventures depuis le début, et je prend enfin le temps de te mettre un petit mot...
    En tout cas merci de nous faire profiter de ton aventure africaine avec ces textes et images. Je suis en train de lire un récit de voyage en Afrique. J 'ai l'impression que ça n'evolue po très vite. ça donne envie de te rejoindre..... pour t'aider et profiter du dépaysement en même temps.
    Porte toi bien et vivement la revoyure

    Jean and Co

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut mon Jean et toute la petite famille!
      Plaisir partagé de te lire, d'avoir une pensée pour vous trois, dans le froid de Desaignes! Oui ici les choses semblent engluées dans la "démocrature", la corruption, et ce que je ressens comme une profonde crise identitaire de l'Afrique inhérente à un colonialisme discret qui traîne inexorablement...Mais l'Afrique n'est pas dupe, et lorsqu'elle va se relever, ça va faire mal!!
      Bien pressé d'en discutayer avec toi bientôt en tout cas,
      Bien des bises à vous!

      Supprimer
  2. coucou mon Arthur, tes images sur les tissus me fait pensè a une visite dans un musé. j'espere que tu vas bien profite du soleil car ici la pluie et le froid sont dèjà là. je t'embrasse très fort Mamie

    RépondreSupprimer
  3. Tu sais quoi, mon Tuture (oui, j't'appelle Tuture et pis marre !),un soir, on reprendra tout ton blog, point par point, et on refera tout ton voyage (avec les fautes de grammaire/syntaxe/orthographe et pis les approximations lexicales, la mise en page, les photos en contre-jour, tout ça tout ça...)... Ce sera l'occase de répondre aux innombrables questions que j'me pose à ta lecture !...

    J't'embrasse, ainsi que ta mamie (j'suis sur que j'suis pas le seul fan) ainsi que la famille que je connais un peu.

    Prend soin de toi : on veut te faire un bisou !...

    - Triton -

    RépondreSupprimer
  4. cc! je suis tombé sur ton blog par azar et javouk xa m fai un bien fou de voir ttes cs image! ce pays qui ma vu naitre me mank teriblement!
    ..hate de rentré au togo...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. salut didy, content que cela t'ait fait un peu voyager au Togo!

      Supprimer